Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fantasy d'ici et d'ailleurs

Un échantillon de petits éditeurs anglophones: Urban Fantasy

15 Janvier 2015 , Rédigé par Alex Evans Publié dans #Critique

Un échantillon de petits éditeurs anglophones: Urban Fantasy

Ces romans vous changent définitivement des habituels vampires et loups-garous habillés à la dernière mode.

Snake Agent, Liz Williams, Open Road Media

Dans une cité asiatique futuriste baptisée Singapour 3, l'Inspecteur Chen est spécialisé dans les affaires paranormales. Lorsque l'âme de la fille d'un riche industriel morte d'anorexie est kidnappée au cours de son voyage vers le Paradis, il est plongé dans une affaire de trafic d'âmes particulièrement nauséabonde. De plus, il se retrouve forcé de collaborer avec son équivalent démoniaque, le détective Zhu. Ce dernier possède ses propres problèmes...

Un récit certainement surprenant, qui se passe en Asie dans une ville cosmopolite. À coté de ses habitants, venus des quatre coins du continent, se promènent des créatures fantastiques des quatres coins du continent, également... Ça change un peu des anges, des démons et autres vampires. Et en plus, pas de romance à la fraise. L'ambiance moite de la cité est très bien rendue. Un roman sombre où on perçoit parfaitement une société obsédée par l'argent, un sujet qu'on a tendance à laisser pudiquement tomber en fantasy. L'au-delà est un mélange de christianisme, de bouddhisme et de bureaucratie qui me semble cohérent (un bouddhiste ne sera peut-être pas d'accord, je laisse la question ouverte). Le héros n'est pas non plus superman, plutôt le détective fatigué et désabusé des romans noirs américains. Quant au Paradis et à l'Enfer... je vous laisse les découvrir!

The Curse Merchant, JP Sloan, Curiosity Quill Press

Dorian Lake est un jeteur de sorts. Un vrai, un pro, avec pignon sur rue à Baltimore et un code d'éthique. Cela ne l'empêche pas de se retrouver embarqué dans une histoire pas nette où il doit récupérer l'âme de son ex-copine, qu'elle a promis au diable...

Si l'intrigue est classique, le début un peu longuet et le héros fait encore une fois penser à un perso de roman noir, ce qui retient l'attention est le système de magie: chaque chose a un prix, les sorts suivent une logique existentielle précise (la scène d'ouverture est particulièrement bien trouvée) et qu'arriverait-il si chacun commençait à mettre de la magie dans son quotidien?

Nice Dragons Finish Last, Rachel Aaron, autoédition

Une cinquantaine d'années avant le début de l'histoire, un météorite s'est écrasé sur Terre, dans les Grands Lacs, en Amérique du Nord, libérant la magie en sommeil depuis des siècles. Depuis, les humains se retrouvent à cohabiter avec des esprits divers, des dragons, des fées et autres... Detroit est devenue une sorte de ville franche, un refuge pour toutes les créatures magiques qui ont un peu de mal à s'habituer au monde moderne. Paradoxalement, les dragons y sont interdits. Les humains y sont tout juste tolérés. Les armes et les drogues sont vendues dans des distributeurs, la police est l'affaire de compagnie privées, mais si vous jetez un papier par terre, ou pire, dans le lac, vous allez en prison direct. Ces créature magiques sont très écolo!

Julius est trop gentil et trop faible pour un dragon. Un jour, sa mère, excédée, finit par l'expédier à Detroit sous une apparence humaine, histoire de l'endurcir un peu. Il y croise une thaumaturge sur le point de finir sa thèse de magie, poursuivie par une bande de malfrats. Mais tout ça ne ferait-il pas partie d'un plan secret? Les dragons ont le don d'organiser des coups tordus!

C'est un roman YA plein d'humour et de clins d’œil. Il y a tellement de trouvailles qu'il est difficile de savoir par quoi commencer: les intrigues des clans matriarcaux de dragons? Le fonctionnement de cette cité écolo au libéralisme effréné? Les nouveaux business générés par la magie? Les relations savoureuses entre chamanes et thaumaturges? Les sorts qui ressemblent à des codes informatique? Bref, une mine d'idées originales.

Un échantillon de petits éditeurs anglophones: Urban FantasyUn échantillon de petits éditeurs anglophones: Urban Fantasy

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Escrocgriffe 28/01/2015 21:04

Snake Agent me tente bien ! Pour répondre à ta question, à mon humble avis la pratique du bouddhisme n’est pas compatible avec celle du christianisme (je ne développe pas car on risque de rentrer dans un très long débat ^^).

J’ai été surpris par ton résumé de Nice Dragons Finish Last, dont l’univers me fait furieusement penser à celui du jeu de rôle Shadowrun, je ne sais pas si tu connais… Mais ce n’est peut-être qu’une impression :)

Alex Evans 28/01/2015 21:33

Je ne connais pas Shadowrun, alors j'ai regardé sur Wikipédia. L'idée d'une magie qui réapparaît sur terre est certainement similaire. Cependant, l'aspect cyberpunk est beaucoup moins marqué, il n'y a pas de mutants, relativement peu de violence, mais de l'écologie et, je pense, une certaine satire de la société américaine et de l'obsession de l'argent. Je ne sais pas si tu retrouves ça dans le jeu.